Séminaire doctoral « Eau & Sociétés »: vendredi 5 mai, Carine Chavarochette

La quatrième et dernière séance du séminaire « Eau et Sociétés » aura lieu vendredi 5 mai:

Méthodes de l’anthropologie visuelle pour enquêter sur l’accès à l’eau. La frontière Costa Rica-Panama

par Carine Chavarochette, anthropologue, chercheur associée au CREDA (Centre de Recherches et de Documentation sur les Amériques, UMR 7227.

La séance aura lieu à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint Denis le vendredi 5 mai en salle D 143 de 10 à 12h30.

Résumé de l’intervention :

La région transfrontalière Costa Rica-Panama est une région périphérique et multiculturelle (populations afro-caribéenne, indienne, métisse, etc.). Possédant de nombreuses richesses naturelles dont d’importantes réserves en eau, la zone est confrontée à des conflits pour la gestion de ces ressources. Ses acteurs (population civile, gouvernement, multinationales, ONG, etc.) ont des représentations territoriales et des intérêts commerciaux et/ou politiques divers, voire antinomiques. Ainsi, la monoculture de banane, le non ou insuffisant traitement des eaux usées sont autant de facteurs qui polluent les cours d’eau ou les nappes phréatiques.
À partir d’enquêtes de terrains réalisées depuis 2015 auprès de ces populations, je montrerai comment l’utilisation de la photographie est devenue à la fois un outil de recherche et un moyen de discussion avec les collègues et les enquêtés.

3ÈME SÉANCE DU SÉMINAIRE DOCTORAL « EAU & SOCIÉTÉS »: 26 Avril 2017, F. Graber

Le mercredi 26 avril aura lieu la troisième séance du séminaire « Eau et Sociétés » :

« Besoins en eau » dans les villes françaises au 19ème siècle
par Frédéric Graber, historien, Centre de Recherches Historiques, CNRS-EHESS.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint Denis le mercredi 26 avril en salle B 034 de 15h à 17h30.

Résumé de l’intervention :

Dans la seconde moitié du 18e siècle, l’idée que les villes manquent d’eau s’impose progressivement comme une évidence, à Paris mais aussi dans de nombreuses villes de province. Les projets qui prétendent répondre à cette question pressante proposent soit de pomper de l’eau dans la rivière la plus proche, soit de dériver des eaux plus lointaines. Ces projets de canaux vont radicalement redéfinir la question de l’eau, autour de trois thèmes majeurs : la qualité d’une eau lointaine (et donc inconnue), les « besoins » de la ville (qu’il faut définir à l’avance pour dimensionner les ouvrages) et le statut de la ville comme métropole, qui justifierait d’enlever de l’eau ailleurs pour la satisfaction de ses « besoins ».
En partant du cas parisien, mais en interrogeant ensuite son exceptionnalité, en cherchant à élargir l’analyse à l’ensemble du territoire français, on entend montrer que les « besoins », loin d’être une catégorie neutre, constitue un outil majeur des politiques publiques de l’eau sur le long 19e siècle, articulant les échelles (individus, maisons, ville), les usages (publics, privés), pour légitimer un type d’action plutôt qu’un autre.

2ème séance du séminaire doctoral « Eau & Sociétés »: 9 mars 2017, A. Gonin

Jeudi 9 mars aura lieu la deuxième séance du séminaire « Eau et Sociétés »: 

Pastoralisme et gestion de l’eau en Afrique de l’Ouest. Pluviométrie, mobilités, hydraulique pastorale 

par Alexis Gonin (MCF en géographie, Université Paris Nanterre)

Résumé de l’intervention : 

Dans les savanes sèches des zones sahéliennes et soudaniennes d’Afrique de l’Ouest, l’eau est une ressource rare, mais surtout incertaine. La mobilité pastorale (nomadisme et transhumance) s’est révélée être le meilleur moyen pour gérer cette incertitude. Les pasteurs se déplacent avec leur troupeau là où les pluies ont fait reverdir les pâturages, là où l’eau est disponible pour l’abreuvement. Leur résilience face aux variations pluviométriques saisonnières et interannuelles est basée sur la fluidité de leur déplacement. Afin de sécuriser leur mobilité sur de vastes espaces, les pasteurs régulaient l’accès aux parcours et aux points d’eau grâce à une gestion en commun de ces ressources. Ce système a été fragilisé par l’hydraulique pastorale moderne. Aujourd’hui, des modes renouvelés de gestion de l’eau sont construits par les pasteurs.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis le jeudi 9 mars 2017 de 13h à 15h30 en salle B 233.

Affiche de la séance : AFFICHE seminaire doctoral EAU & SOCIETES_A. Gonin 9 mars 2017

Vidéo du séminaire :

Séminaire Doctoral « Eau & Sociétés » – année universitaire 2016-2017

Cette troisième saison du séminaire doctoral « Eau & Sociétés » du rESeau Paris 8 se concentre sur le 2e semestre 2016-17 et prévoie 4 interventions de chercheurs (anthropologues, géographes, historiens) entre février et mai 2017.

  1. Jeudi 23 février 2017 : La station météorologique n’a pas vu l’ouragan. Politiques du savoir sur le climat à Carthagène (Colombie) (Luisa Arango, anthropologue, Université de Strasbourg – Institut d’Ethnologie) : salle G-2, 13h30-16h
  2. Jeudi 9 mars 2017 : Pastoralisme et gestion de l’eau en Afrique de l’Ouest. Pluviométrie, mobilités, hydraulique pastorale (Alexis GONIN, géographe, Université Paris-Ouest – LAVUE) : salle B 233, 13h00-15h30
  3. Mercredi 26 avril 2017 : « Besoins en eau » dans les villes françaises au 19ème siècle (Frédéric Graber, historien, CNRS-EHESS) : salle B 034, 15h00-17h30
  4. Vendredi 5 mai 2017 : Méthodes de l’anthropologie visuelle pour enquêter sur l’accès à l’eau. La frontière Costa Rica – Panama (Carine Chavarochette, anthropologue, CREDA) : salle D 143, 10h-13h00.

Les séances du séminaire ont lieu à l’Université Paris 8Saint Denis (Metro ligne 13, sortie « Université Paris 8 »).  Pour informations ultérieures, écrire à : barbara.casciarri@univ-paris8.fr et francesco.staro@gmail.com

séminaire doctoral EAU & SOCIETES 2016-17 programme AFFICHE seminaire doctoral EAU & SOCIETES_L. Arango 23 fevrier 2017

Soutenance de thèse de Francesco Staro à l’université Paris 8

La soutenance de thèse de doctorat en anthropologie de Francesco Staro intitulée :

Anthropologie politique de la gestion de l’eau en contexte pastoral. Réconfigurations socio-économiques et identitaires 
chez les Garri du sud éthiopien entre Etat et ONG

se tiendra le vendredi 9 décembre à 14h, à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, 2 rue de la Liberté 93200 Saint Denis, en Salle D3.

Le jury sera composé de :

Barbara CASCIARRI, Maître de Conférence en Anthropologie (HDR), Université Paris 8
Ugo FABIETTI, Professeur d’Anthropologie, Università Milano-Bicocca
John GALATY, Professeur d’Anthropologie, McGill University
Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN, Directeur d’études, EHESS Marseille
Bezunesh TAMRU, Professeure de Géographie, Université Paris 8
Mauro VAN AKEN, Maître de Conférence en Anthropologie, Università Milano-Bicocca

Résumé :

Ce travail analyse les dynamiques de reconfiguration socio-économique et identitaire auprès des groupes pastoraux habitant les régions rurales au sud de l’Ethiopie, à la frontière avec le Kenya. Les formes d’organisation sociale qui règlent l’accès à l’eau sont considérées en tant que principal outil d’analyse pour comprendre les dynamiques socio-culturelles de ces régions, et cela par la mise en exergue des relations, historiques et contemporaines, entre les populations locales, les autorités étatiques et les organisations internationales du développement et de l’aide humanitaire.

Nous analysons les formes d’organisation sociale chez les populations nomades en prêtant une attention particulière aux problématiques d’eau, et plus largement au rapport entre « nature » et « société », dans l’étude de ces groupes. La complexité de l’imbrication sociale de l’eau, ressource dont le caractère naturel et ici mis en question, nous porte à focaliser sur d’autres domaines « extra-hydriques » : les processus de construction des identités ethniques dans les régions du sud-est éthiopien ; les enjeux liés aux intérêts de l’Etat éthiopien visant à incorporer les nomades dans l’ordre politique national ; les stratégies de contrôle du territoire mises en place par les populations locales vis-à-vis de l’Etat et des opérateurs des organisations internationales. Dans ce cadre, l’intervention d’acteurs internationaux est examinée en prenant en compte l’histoire des relations entre populations locales et ONG – qui se trouve inscrite dans les points d’eau – et en situant les projets de développement dans la perspective dynamique d’une interaction et négociation matérielle et symbolique.

Mots clés : eau, pastoralisme, nature/société, Etat, ONG, identité ethnique, anthropologie politique, anthropologie du développement

Soutenance de thèse de Hamidou Ly à l’Université Paris 8

La soutenance de thèse de Hamidou Ly, intitulée :
De New York à Dakar: pour une approche critique et méthodologique de la justice environnementale.
se tiendra le 07 décembre 2016 à 14h00 à la bibliothèque de l’Université de Paris VIII (Accès par l’entrée du personnel 3 ème étage- Salle 312.
                     
Directeur de thèse : 
M. Bouziane SEMMOUD, PR, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis 
Membres du jury :
Mme Cyria EMELIANOFF, PR, Université du Maine (Le Mans), rapporteur.
M. Amadou DIOP, PR, Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, rapporteur.
M. Philippe GERVAIS-LAMBONY, PR, Université Paris-Ouest Nanterre La défense, examinateur
M. Alphonse YAPI-DIAHOU, PR, Université Paris 8  Vincennes – Saint-Denis, examinateur
M. Hugo PILKINGTON, MCF, Université Paris 8  Vincennes – Saint-Denis, examinateur

 

Résumé de la thèse :
Notre travail vise à réfléchir sur les déclinaisons que peuvent avoir les injustices environnementales dans la ville de Dakar à partir d’une approche élaborée dans les villes américaines, berceau des mouvements de revendications. Il s’appuie donc sur nos investigations antérieures, les mémoires de masters notamment, qui ont abordé les inégalités environnementales d’abord sous l’angle du racisme puis de l’injustice. Ces travaux menés dans les quartiers du Hunts Point et de Bedford-Stuyvesant situés dans le sud Bronx et au nord de Brooklyn, ont porté sur l’étude de l’inégale répartition des nuisances industrielles. Ils ont permis de montrer au-delà des similitudes sur le plan socio-économiques et spatial, des différences dans les mécanismes explicatifs des inégalités environnementales injustes. En effet, s’il existe un rapprochement entre les caractéristiques socio-démographiques des populations et une dégradation « injuste » des conditions environnementales dans le Hunts, à Bedford-Stuyvesant, les causes de celle-ci sont à chercher dans les processus de gentrification des quartiers alentours. Néanmoins, dans ces deux contextes les logiques explicatives de la justice environnementale sont liées à des processus de discrimination socio-économiques. Qu’en est-il du cas de la ville de Dakar ? Pour répondre à cette question, l’étude que nous avons menée s’appuie sur l’exemple de deux localités situées dans la baie de Hann. Hann-Bel-Air et Thiaroye-Sur-mer sont choisies en raison des pollutions industrielles dont elles souffrent. Ainsi, l’entrée privilégiée pour aborder les injustices environnementales est celle de l’analyse des nuisances environnementales liées à la pollution industrielle. À partir de ce choix, il s’agit de montrer l’importance de la « contextualisation » dans l’étude des injustices environnementales au regard des dynamiques socio-spatiales, mais aussi des perceptions face aux situations dites d’injustice.
 
Mots clés : Justice environnementale, pollution industrielle, activité industrielle, Baie de Hann, Hann-Bel-Air, Thiaroye-Sur-Mer, Bronx, Brooklyn, perceptions, inégalités.

Conférence « L’accès à l’eau en Afrique », 4-6 Juillet 2016, Univ. Nanterre

La conférence internationale « L’Accès à l’Eau en Afrique : vers de nouveaux paradigmes ? Vulnérabilité, Exclusion, Résiliences et Nouvelles Solidarités » aura lieu à l’Université de Nanterre – La Défense du lundi 4 au mercredi 6 Juillet 2016.
affiche conference
Vous trouverez  le programme des trois jours ainsi que l’affiche sur le site de la conférence (https://eauenafrique.wordpress.com/programme/).

RésEau P8 – Water network P8

Ce carnet a pour but de présenter les activités du rESeau P8, Réseau d’Études et d’Échanges en Sciences Sociales sur l’Eau à Paris 8 Le rESeau-p8 est un lieu d’échanges et d’études en sciences sociales sur l’eau à l’université Paris 8. Il a été créé en 2010 à l’initiative d’un groupe de chercheurs, professeurs et étudiants, travaillant depuis plusieurs années autour des problématiques de l’eau, dans diverses régions du monde et par des approches disciplinaires différentes. Ce réseau souhaite nourrir le débat scientifique sur les « questions d’eau » par une approche interdisciplinaire, interroger les enjeux de la gestion de l’eau dans le monde contemporain et valoriser le potentiel didactique de la réflexion des sciences sociales sur l’eau pour la formation d’un public universitaire plus large. En même temps, il vise à élargir les relations avec d’autres groupes dont les recherches se focalisent sur la même thématique et mettre à disposition des outils d’échange et communication autour de cet objet commun d’intérêt scientifique.

Conf. Olivia Aubriot le 15 mars 2016 « Dynamiques de gestion de l’eau dans la plaine du Téraï (Népal): implications sur le devenir des systèmes d’irrigation paysans »

Dynamiques de gestion de l’eau dans la plaine du Téraï (Népal): implications sur le devenir des systèmes d’irrigation paysans

par Olivia AUBRIOT, anthropologue (CNRS-Centre d’Etudes Himalayennes)

Les agriculteurs népalais de la plaine sont confrontés, en termes de gestion de l’eau, à deux dynamiques contradictoires. L’une s’inscrit dans le processus d’individualisation d’accès à l’eau (à travers l’utilisation de techniques individuelles comme pompes et forages), qui est lui-même à relier à deux évolutions : d’une part, l’atomisation de la gestion des ressources naturelles et la concentration des activités agricoles autour de la maison en cours depuis un siècle et, d’autre part, une agriculture de plus en plus monétarisée et intensive. L’autre dynamique est associée aux politiques de gestion de l’eau qui concentrent la gestion collective participative à l’échelle du village ou de la communauté, modifiant en même temps les rapports de force à d’autres échelles et notamment le long d’un cours d’eau ou d’un système d’irrigation alimentant plusieurs hameaux. S’y ajoutent en bien des endroits les effets de la périurbanisation, l’ensemble révélant un accès à l’eau de plus en plus inégal et un rapport à cette ressource, éminemment politique et sociale, en pleine évolution. On en profitera pour questionner la méthodologie utilisée, qui privilégie une approche par les aspects techniques pour aborder les changements sociaux.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en Salle D 143 le mardi 15 mars 2016 de 12h00 à 14h30

AFFICHE séminaire doctoral EAU & SOCIETES_Olivia AUBRIOT 15.3.2016

Apér’Eau « Au bord du Brahmapoutre »

Le sixième rendez-vous des apér-EAU scientifique PX prendra la forme d’une projection puis d’un débat autour du film « Au bord du Brahmapoutre » en présence de l’équipe du film : Émilie Crémin (réalisatrice), Franck Guillemain (ingénieur son) et Céline Ferlita (monteuse).

Cet apér-EAU scientifique sera accueilli par la Coordination EAU Ile-de-France à l’espace Comme vous Emoi le,

Jeudi 3 mars à 2016 à 19h
5 rue de la Révolution, 93100 Montreuil
Métro 9 : Robespierre ou Croix de Chavaux

Au-bord-du-Brahmapoutre-01

 

6éme Apér-EAU scientifique : Projection “AU BORD DU BRAHMAPOUTRE”, Jeudi 3 mars 2016 à 19h

Conf. de Jorge Rowlands le 23 février « De la rareté à la pénurie de l’eau : une construction sociale dans le bassin Loa (Chili)

De la rareté à la pénurie de l’eau :
une construction sociale dans le bassin Loa (Chili)

par Jorge Rowlands, anthropologue
(EHESS Paris)
Au-delà des conditions environnementales de disponibilité en eau, le phénomène de pénurie est le produit d’une construction sociale, historique et spatiale, liée aux inégalités entre différents usagers qui se partagent la ressource. Pour démontrer cela, la présentation mobilise la notion de cycle hydro-social (Linton 2010) permettant d’analyser les facteurs sociaux de l’émergence de la pénurie de l’eau dans le bassin Loa dans le désert d’Atacama au nord du Chili. Dans ce désert, l’un des plus arides au monde, la rareté de l’eau n’avait jamais posé problème jusqu’à une époque récente. L’accès à l’eau est devenu problématique à partir de l’augmentation du nombre d’usagers et plus particulièrement de la privatisation de la ressource par le Code de l’eau de 1981. L’enjeu de cette présentation consistera à analyser de quelle manière le passage d’une condition de rareté de l’eau à une situation de pénurie de l’eau dans le bassin du fleuve Loa a été influencé par la mise en place du Code de l’eau. À partir de ce questionnement, nous chercherons à comprendre comment se crée la pénurie et comment elle affecte de manière différente les acteurs du bassin et en particulier les communautés autochtones.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en Salle D 143
le mardi 23 février 2016 de 12h00 à 14h30.

AFFICHE séminaire doctoral EAU & SOCIETES_Jorge ROWLANDS_23.2.2016

Soutenance de Alice Songnaba le 10/02/2016

Soutenance de thèse d’Alice Songnaba Yaméogo intitulée :

« Le rapport « Homme-Eau » dans le milieu rural en Afrique Subsaharienne : Formes, pratiques et modes d’usage de l’eau potable introduite dans la commune de Koubri au Burkina Faso »

Sous la direction de Sylvain Lazarus

Lieu : Université Paris 8 – Salle des thèses – Espace Deleuze – Bâtiment A – 1er étage – 2 rue de la Liberté – 93526 Saint-Denis cedex

Horaire : 14h30

Date : Mercredi 10 février

Soutenance de Luisa Arango le 27/11/2015

Ethnographies de la gestion de l’eau à Tuti (Khartoum, Soudan) et Caño de Loro (Carthagène, Colombie). Histoire, localité et politique dans une perspective d’anthropologie urbaine comparée.

Luisa Arango à soutenu sa thèse le vendredi 27 novembre 2015 à Université Paris 8 Saint-Denis

Le jury fut composé de :

Habib AYEB, MC en Géographie à l’Université Paris 8.
Alain BERTHO, Professeur d’Anthropologie à l’Université Paris 8.
David BLANCHON, Professeur de Géographie à l’Université Paris Ouest-Nanterre.
Barbara CASCIARRI, MC en Anthropologie à l’Université Paris 8 (directrice de thèse).
Eric DENIS, Géographe, Directeur de recherche au CNRS (rapporteur).
Aline HEMOND, Professeure d’Anthropologie à l’Université Jules Verne (rapporteuse).
Mauro VAN AKEN, Professeur d’Anthropologie à l’Université de Milano-Bicocca.

Résumé :

Au tournant du XXe siècle, un modèle technique et administratif centralisé est adopté pour l’approvisionnement en eau de consommation dans nombreuses villes de la planète, dont Carthagène (Colombie) et Khartoum (Soudan). Dès lors, associé aux projets de développement urbain planifié, le réseau hydrique se constitue comme une technologie politique et devient un marqueur de la spatialité et des modes de vie urbains autant pour les administrateurs que pour les techniciens et les populations citadines. L’analyse comparée des stratégies d’accès, des usages quotidiens et de l’imaginaire lié à l’eau de deux populations insulaires dont le caractère urbain s’avère problématique – Caño de Loro (Carthagène) et Tuti (Khartoum) – permet d’aborder la complexité sociale des villes du Sud contemporaines. La comparaison comporte dans ce sens une orientation critique et conduit, outre l’étude des dynamiques sociopolitiques propres à chaque contexte, à interroger les diverses catégories d’analyse utilisées au cours de cet étude. Dans la première partie de la thèse, le réseau hydrique est restitué dans l’histoire de chaque agglomération où sa mise en place, relativement récente, repose à la fois sur le renforcement, voire l’émergence, d’importants rapports de pouvoir et sur une transformation dans la conception de la nature et plus particulièrement de l’eau. Ce caractère relationnel et politique du réseau ouvre la voie, dans une deuxième partie, pour comprendre la façon dont la matérialité de l’eau et ses échanges sont producteurs de « localités » particulières au sein de l’espace urbain. Ainsi, l’analyse des relations entre espaces publics et privées par le biais du partage quotidien de l’eau amène à discuter la pertinence de la notion de « gestion collective » des ressources à Carthagène et à Khartoum. La troisième partie aborde les mécanismes mobilisés par différents acteurs dans le contexte particulier de la planification urbaine pour négocier leur marge d’action sur l’eau et la terre. Elle met en lumière la dimension politique des catégories d’appartenance ainsi que le pouvoir transformateur des actions collectives et individuelles dans des situations où la gestion des ressources est davantage traversée par de logiques, à la fois individuelles, locales, nationales et globales.

Mots clefs : Accès à l’eau, réseau hydrique, Khartoum (Soudan), Carthagène (Colombie), comparaison, urbanisation, modernité, planification urbaine, action collective.

Ethnographies of water management in Tuti (Khartoum, Sudan) and Caño de Loro (Cartagena, Colombia). Comparing history, locality and politics in urban anthropology.

Abstract: At the turn of the twentieth century, numerous cities such as Cartagena (Colombia) and Khartoum (Sudan), adopted a centralized technical and administrative model for the management of drinking water. Associated since its construction to planned urban development projects, the water network constitutes a political technology and becomes a landmark of urban spatiality, for politicians as well as for technicians and urban dwellers. The compared analysis of access strategies, daily usage, and the role of water in the imagination of two populations with an ambiguous urban status – Caño de Loro (Cartagena) and Tuti (Khartoum) – allows us to approach the social complexity of contemporary cities in the South. The comparison supposes a reflexive orientation that leads us, over and beyond the socio-political dynamics of each context, to critically consider our categories of analysis. In the first part the water network is contextualized in the history of each city, where its recent apparition and setting up rests upon the reinforcement or creation of dense power relations, as well as a new conception of nature, particularly of water. Such relational and political features lead to, in the second part, an understanding of how the materiality of water and its sharing produces particular localities within the urban space. Therefore, the analysis of relations between public and private spheres through everyday water exchanges lets us discuss the relevance of the notion of “collective management” of resources in Cartagena and Khartoum. The third part considers the mechanisms draw on by different actors within the particular context of urban planning to negotiate their margin of action on land and water. It highlights the political dimension of identity categories as well as the transformative power of individual and collective actions in situations where resource management is crossed with individual, local, national, and global logics at the same time.

Key words : water access, water network, Khartoum (Sudan), Cartagena (Colombia), comparison, urbanization, modernity, urban planning, collective action

Soutenance de Dario Salinas Palacio le 5/02/2016

Géopolitique de l’eau dans l’Espagne des autonomies : Enjeux et rivalités de pouvoirs pour la région de Murcie

Dario Salinas Palacios a soutenu sa thèse de géopolitique le vendredi 5 février 2016 à l’Université Paris 8.

Le  jury fut composé de :

Barbara Loyer, rofesseur à l’Institut Français de Géopolitique (Université de Paris VIII), Directrice de thèse
María José Cervell Hortal, Professeur à l’Université de Murcie, Co-Directrice de thèse
Frédéric Lasserre, Professeur à l’Université de Laval
Pierre Blanc, Maître de conférences HDR Sciences Agro et Sciences Po Bordeaux, Ingénieur en chef des Ponts, des eaux et des Forêts (IPEF)
Jose María Serrano Mártinez, Professeur à l’Université de Murcie
Leandro del Moral Ituarte, Professeur à l’Université de Séville.

Résumé : La récente approbation en 2014 du plan de gestion du district hydrographique du basin Tage établit par la Directive Cadre sur l’eau en 2009 fut bloqué dans sa majorité par des tensions entre plusieurs communautés autonomes (régions) espagnoles autour la mise en place d’un débit minimum pour atteindre le bon état écologique des eaux en 2015. Ces rivalités de pouvoirs territoriales sont influencées par l’avenir du transfert Tage-Segura, symbole de la politique hydraulique espagnole et du développement agricole et touristique du sud-est espagnol. A leur part, le caractère international du Bassin du Tage entraîne l’accomplissement des engagements établis lors de la signature de la Convention de l’Albufera en 1998 entre l’Espagne et le Portugal. Le modèle territorial décentralisé, les choix économiques, la sècheresse, et l’omniprésence politique des discours identitaires accentuent en Espagne la conviction selon laquelle il y aurait des « propriétaires » de l’eau. Les résultats des négociations dépendent de stratégies locales et de leur articulation au niveau national et européen, autant que de considérations écologiques.

Conférence de Benoit Hazard, le 15 avril 2015

Le mercredi 15 avril 2015 de 15h30 à 17h30

« L’invention d’une eau moderne dans les territoires nomades du Nord Kenya »

par Benoit Hazard, anthropologue, CNRS-IIAC

Séminaire Doctoral « Eau & Sociétés » – année universitaire 2014-2015 – (ED 401) – Université Paris 8 Saint Denis

Sixième séance du séminaire doctoral “Eau & Sociétés”:

L’invention d’une eau moderne dans les territoires nomades du Nord Kenya une approche des frontières bio-culturelles des paysages pastoraux deszones arides

par Benoit Hazard, anthropologue 

(UMR IIAC, 81 77 CNRS EHESS)

Dans les terres arides et semi-arides du nord du Kenya, l’eau a longtemps été décrite comme une ressource rare, voire indisponible. Les récents discours sur la découverte d’une immense source aquifère profondedans la région du Turkana témoignent de la relation synonymique établie entre la rareté de l’eau et l’absence de la ressource pour les populations. Reprenant un discours colonial sur « l’arriération » des sociétés pastorales, cette relation expulse de la réflexion sur l’eau les organisations sociales fortement dépendantes des ressources naturelles. Cette présentation interroge la récente invention d’une «eau moderne» (Linton 2010) dans le nord du Kenya. Elle questionne les idées reçues sur la gestion de l’eau dans une situation de stress et décrit les pratiques de conservation des ressources hydriques par les éleveurs nomades. À partir de la cartographie gabra des points d’eau, on propose de décrire comment l’eau a façonné les frontières des territoires Gabra/Rendille/Dasanech et ce que les Gabra imaginent comme leur territoire dans le «système en déséquilibre» du désert du Chalbi. En m’appuyant sur quelques niches socio écologiques spécifiques situées sur la partie orientale du désert de Chalbi, je suggère que ces «lieux d’eau» fournissent un ancrage pour comprendre comment les sociétés du passé, comme celles du présent, se sont adaptées aux changements socio-écologiques. Bien que de nombreuses communautés pastorales soient en situation de transition vers l’agro-pastoralisme, l’agriculture sédentaire, le travail salarié et le commerce, en partie en réponse à la récente décimation des troupeaux pastoraux par la sécheresse, les mêmes «lieux d’eau» restent importants dans la délimitation des territoires du Nord du Kenya, leurs frontières et leurs paysages.

 Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en Salle D 328

le mercredi 15 avril 2015, de 15h30 à 17h30

AFFICHE séminaire doctoral EAU & SOCIETES_Benoit HAZARD 15.4.15 

Réseau d’études et d’échanges en sciences sociales sur l'eau à Paris 8