Archives de catégorie : Uncategorized

Conf. Olivia Aubriot le 15 mars 2016 “Dynamiques de gestion de l’eau dans la plaine du Téraï (Népal): implications sur le devenir des systèmes d’irrigation paysans”

Dynamiques de gestion de l’eau dans la plaine du Téraï (Népal): implications sur le devenir des systèmes d’irrigation paysans

par Olivia AUBRIOT, anthropologue (CNRS-Centre d’Etudes Himalayennes)

Les agriculteurs népalais de la plaine sont confrontés, en termes de gestion de l’eau, à deux dynamiques contradictoires. L’une s’inscrit dans le processus d’individualisation d’accès à l’eau (à travers l’utilisation de techniques individuelles comme pompes et forages), qui est lui-même à relier à deux évolutions : d’une part, l’atomisation de la gestion des ressources naturelles et la concentration des activités agricoles autour de la maison en cours depuis un siècle et, d’autre part, une agriculture de plus en plus monétarisée et intensive. L’autre dynamique est associée aux politiques de gestion de l’eau qui concentrent la gestion collective participative à l’échelle du village ou de la communauté, modifiant en même temps les rapports de force à d’autres échelles et notamment le long d’un cours d’eau ou d’un système d’irrigation alimentant plusieurs hameaux. S’y ajoutent en bien des endroits les effets de la périurbanisation, l’ensemble révélant un accès à l’eau de plus en plus inégal et un rapport à cette ressource, éminemment politique et sociale, en pleine évolution. On en profitera pour questionner la méthodologie utilisée, qui privilégie une approche par les aspects techniques pour aborder les changements sociaux.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en Salle D 143 le mardi 15 mars 2016 de 12h00 à 14h30

AFFICHE séminaire doctoral EAU & SOCIETES_Olivia AUBRIOT 15.3.2016

Conf. de Jorge Rowlands le 23 février “De la rareté à la pénurie de l’eau : une construction sociale dans le bassin Loa (Chili)

De la rareté à la pénurie de l’eau :
une construction sociale dans le bassin Loa (Chili)

par Jorge Rowlands, anthropologue
(EHESS Paris)
Au-delà des conditions environnementales de disponibilité en eau, le phénomène de pénurie est le produit d’une construction sociale, historique et spatiale, liée aux inégalités entre différents usagers qui se partagent la ressource. Pour démontrer cela, la présentation mobilise la notion de cycle hydro-social (Linton 2010) permettant d’analyser les facteurs sociaux de l’émergence de la pénurie de l’eau dans le bassin Loa dans le désert d’Atacama au nord du Chili. Dans ce désert, l’un des plus arides au monde, la rareté de l’eau n’avait jamais posé problème jusqu’à une époque récente. L’accès à l’eau est devenu problématique à partir de l’augmentation du nombre d’usagers et plus particulièrement de la privatisation de la ressource par le Code de l’eau de 1981. L’enjeu de cette présentation consistera à analyser de quelle manière le passage d’une condition de rareté de l’eau à une situation de pénurie de l’eau dans le bassin du fleuve Loa a été influencé par la mise en place du Code de l’eau. À partir de ce questionnement, nous chercherons à comprendre comment se crée la pénurie et comment elle affecte de manière différente les acteurs du bassin et en particulier les communautés autochtones.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en Salle D 143
le mardi 23 février 2016 de 12h00 à 14h30.

AFFICHE séminaire doctoral EAU & SOCIETES_Jorge ROWLANDS_23.2.2016

Assistante diplômée ou Assistant diplômé en géographie, spécialisation Gestion de l’eau et des paysages – Université de Lausanne

Faculté des géosciences et de l’environnement

L’institut de géographie et durabilité met au concours un poste d’ Assistante diplômée ou Assistant diplômé en géographie, spécialisation Gestion de l’eau et des paysages

Entrée en fonction : 01.08.2013 (ou à convenir)
Fin de contrat : 31.07.2014
Durée du contrat : 1 an renouvelable 2 x 2 ans. La durée maximale est de 5 ans
Taux d’activité : 80%
Lieu de travail : Université de Lausanne, institut de géographie et durabilité Universite_de_Lausanne 1

Universite_de_Lausanne 2

Offre de Thèse ANR Makara

Fiche de poste – Thèse ANR Makara – ANR-12-SENV-009

La « qualité » des eaux de surface:

principes d’action publique et représentations régionalisées

à l’épreuve des bassins de Loire – Bretagne (1964-2010)

Cadrage du sujet et problématique

La thèse s’inscrit dans l’ANR Makara dont l’objet est de mettre en évidence les formes d’action et

d’appréhension des sociétés face aux changements de « qualité » des eaux de surface aux XIX-XXe

siècle. Cette ANR, pilotée par l’Université Pierre et Marie Curie- Paris 6, fait partie du programme

« Sociétés et changements environnementaux ».

La thèse vise à éclairer la production d’énoncés sur la « qualité » de l’eau, par les acteurs territoriaux

spécifiques de la gestion de la ressource et des milieux aquatiques, en relation avec les dynamiques

d’usages de la ressource. Le sujet se situe à l’échelle régionale dans le double contexte de la

territorialisation française des politiques de l’eau et des transpositions de directives européennes sur les

eaux brutes et les milieux. La problématique est celle d’une construction territorialisée (ou non) de la

qualité des eaux de surface dans l’application de ces transpositions nationales par des acteurs de

dimension régionale et interrégionale (Agences, établissements publics territoriaux de bassin). En aval

de la production des encadrements réglementaires, on s’intéresse donc aux modalités d’appropriation de

ces cadres par les échelons régionaux et locaux, selon les périodes, les espaces et les configurations

d’usages considérés.

Mots-clés : qualité de l’eau de surface, usages de l’eau, territoires, représentations, normes techniques et

juridiques, politiques publiques

Conditions

– Thèse financée pour trois ans : septembre 2013 – septembre 2016.

– Contrat doctoral de l’Université Européenne de Bretagne – Rennes 2 (Ecole doctorale SHS).

Rémunération type contrat doctoral : 1684,93 € bruts par mois

– Le (la) doctorant (e) rendra compte régulièrement de l’avancée de ses travaux et participera aux

séminaires de l’ANR Makara.

Compétences et expériences requises :

– Maîtrise des techniques d’enquête qualitatives

– Constitution et gestion de bases de données ; cartographie

– Capacité de synthèse et d’analyse

– Expérience de stage ou de mémoire de recherche en aménagement et/ou environnement

– Une bonne connaissance des politiques publiques de l’eau serait vivement appréciée.

2

Domaines scientifiques visés : géographie, aménagement de l’espace, sciences de l’environnement, sciences

politiques, sociologie politique

Objectifs et questionnements de la thèse : l’idée est de travailler la notion de qualité telle que représentée et mise

en oeuvre par les acteurs des politiques de gestion des milieux aquatiques.

1. Sur quelles grilles de lecture de la qualité des eaux de surface les acteurs s’appuient-ils pour produire

leurs énoncés de la qualité (reprise de grilles existantes, production spécifique, hybridation…) ?;

comment ces énoncés évoluent-ils ? Obtient-on un référentiel régional de la qualité des eaux de surface

partagé ? Celui-ci a-t-il évolué dans le temps ?

2. Sur quels fondements la construction des référentiels de qualité des eaux de surface s’opère-t-elle ?

Identifie-t-on des différences entre Loire et Bretagne ? Si oui, sont-elles liées aux usages, au

fonctionnement des milieux aquatiques, à des choix politiques ? Cette construction s’est opérée dans le

temps. Quelles inflexions et quelles constantes peut-on repérer ?

3. Sur quels éléments de consensus les acteurs gestionnaires et usagers s’accordent-ils ? Y a-t-il des points

d’achoppement, de divergence voire des conflits d’intérêts notamment entre le général et le particulier, le

public et le privé ? Les objets de consensus éventuels sont-ils des normes de qualité surplombantes

inscrites dans les directives et les lois, des objectifs des plans nationaux ?

Les références théoriques mobilisent des concepts spatiaux (échelles, solidarité amont-aval, territoires et

réseaux…), des concepts sociaux (représentations, sphère publique/privée, régulation, médiation…) mais aussi

les outils conceptuels traditionnels de l’analyse des politiques publiques (expertise, gouvernance multi niveaux,

référentiel, contractualisation, négociation…) et des politiques environnementales (indicateurs, norme, guide…).

La thèse place au centre du dispositif d’investigation les « acteurs territorialisés » que sont les établissements

publics et les collectivités, dans leur rapport aux acteurs centralisés et surplombants que constituent l’Etat et

l’Union Européenne d’une part, et aux usagers collectifs et hétérogènes de l’eau d’un même bassin-versant d’autre

part. Le bassin-versant s’entend dans sa globalité, de l’espace continental jusqu’aux eaux littorales. La dimension

territoriale est essentielle dans l’approche de la thèse puisque c’est dans ce cadre que seront opérées les

comparaisons et mises en évidence les tendances lourdes comme les spécificités locales et régionales de

politiques publiques et de représentations de la qualité de l’eau.

Résultats attendus

La thèse devra faire apparaître des séquences temporelles au sein de la période 1964-2010, et des

régularités/spécificités selon les territoires. Elle devra en particulier déterminer si l’on observe des inflexions

générales quant aux arbitrages rendus entre les usages et la qualité des eaux, à la suite de la loi de 1992 et à la

suite des transpositions de directives, ou si d’autres éléments plus conjoncturels ou contingents influencent les

représentations et l’action publique territorialisée.

Elle montrera aussi s’il existe une définition « publique » ou collective bien identifiée de la qualité de l’eau à

l’échelle des bassins hydrographiques étudiés, ou si on se trouve plutôt dans des formes mouvantes de définition

dans le temps et dans l’espace.

Ainsi, si la thèse relève principalement de la tâche 1 de l’ANR « Analyses de discours d’acteurs », elle pourra

contribuer à alimenter de manière connexe deux autres tâches :

– la tâche 2, relative à la « définition des qualités ». Soit l’appropriation des normes d’action publique

revient à valider la définition officielle, soit au contraire la proposition de modèles sensiblement différents

traduit l’adaptation de la définition.

– la tâche 3, qui porte sur les « mesures et représentations techniques » de la qualité d’eau, puisque les

Agences et collectivités mènent des actions de suivi de la qualité des eaux qui se fondent sur des

capacités et des représentations techniques.

3

En outre, dans le cadre de l’ANR, un cadrage concernant la définition de la « qualité » de l’eau par les directives

européennes sera réalisé en 2013 par un post-doctorat en Droit de l’UMR IODE CNRS Rennes 1. Ses résultats

pourront être utilisés par le (la) doctorant (e).

Territoires d’études

Bassins bretons et ligériens. Deux bassins-versants comparables à l’intérieur de chacun des grands

bassins

Des acteurs pris parmi les catégories impliquées de la construction de la qualité des eaux de surface :

o Institutionnelles (Direction territorialisée de l’Agence, services de l’Etat, antennes de l’ONEMA) dont

collectivités et acteurs de terrain (comités ad hoc du Conseil régional ou général, sélection de

syndicats et établissements de bassins),

o Scientifiques (Observatoire régional, comité scientifique auprès de l’Agence ou du Conseil régional…)

o Associatives (France Nature Environnement, Eaux et rivières de Bretagne, Loire vivante ….)

o Médiatiques (presse quotidienne régionale et/ou locale)

La méthodologie doit répondre à la double exigence d’analyse d’énoncés d’acteurs et de caractérisation des

enjeux d’usages et de qualité dans les bassins hydrographiques. Elle repose ainsi sur l’analyse d’un matériau

documentaire diversifié (archives, schémas, contrats d’objectifs, rapports d’activités, dossiers techniques et

documents de communication…), sur la constitution et le traitement de bases de données sur les usages pour les

terrains choisis, et sur l’exploitation d’entretiens semi-directifs avec les acteurs ou représentants d’acteurs sociaux.

Les écrits des acteurs de la gestion de la qualité des eaux (guides, programmes de mesure, articles de journaux,

contentieux) seront particulièrement investigués, dans l’optique transversale d’une comparaison de la partie

bretonne et ligérienne du « bassin ».

Il sera nécessaire, outre la bibliographie générale, de collecter de l’information sur d’autres bassins

hydrographiques français via des thèses par exemple, de manière à contrôler au mieux les résultats obtenus pour

les bassins de Loire-Bretagne.

Contacts et dossier de candidature (CV détaillé et lettre de motivation) à faire parvenir sous format électronique

d’ici le 30 avril 2013 à :

Emmanuelle Hellier, Professeure d’Aménagement de l’espace (UMR ESO CNRS Rennes 2).

emmanuelle.hellier@univ-rennes2.fr – tel : 02 99 14 18 70

Catherine Carré, Maître de Conférences en Géographie (UMR Ladyss CNRS Paris 1).

catherine.carre@univ-paris1.fr – tel : 01 44 32 14 00

Autres membres de l’équipe :

Nadia Dupont, Maître de Conférences en Géographie (UMR ESO CNRS Rennes 2)

Nathalie Hervé-Fournereau, Directrice de Recherches en Droit de l’environnement (UMR IODE CNRS Rennes 1)

Demi-journée d’étude sur la Narmada

AfficheNarmada-reduit AfficheNarmada-reduit

AfficheNarmada-reduit

La Narmada, l’un des sept grands fleuves sacrés de l’Inde, est évoquée comme une manifestation divine. Ses rives sont marquées par de nombreux géosymboles tels que des temples, révélant la vénération de la Narmada et de Shiva, deux divinités en interactions. La succession des symboles religieux, remarquables dans le paysage de la vallée le long du chemin de pèlerinage, témoigne de l’ampleur de la dévotion des pèlerins et de l’importance spirituelle de cet espace.

Depuis les années 1950, le gouvernement de l’Union indienne a entrepris l’aménagement d’un vaste réseau de barrages hydroélectriques indispensable pour assurer l’indépendance énergétique du pays. Mais, depuis une vingtaine d’années, ces aménagements sont contestés en raison des impacts de ces infrastructures sur les milieux naturels, sur les villages situés en amont et sur les circuits de pèlerinage. Ainsi, d’importants mouvements sociaux s’organisant dans la vallée et dans toute l’Inde ont remis en question les politiques de l’Etat central. Ces mouvements interpellent aussi sur la justice et l’équité des bénéfices issus de ces ouvrages édifiés dans une perspective de « modernité » et de « progrès ».

Cette demi-journée sera l’occasion de présenter des études sur la Narmada au travers de plusieurs approches disciplinaires (anthropologie, géographie, sciences politiques). Les films documentaires sur les enjeux de la Narmada feront l’objet de présentations par leurs réalisateurs et de discussions. Une attention particulière sera accordée à la démarche de la réalisation de films documentaires pour diffuser des questionnements issus des sciences sociales. Enfin, ce terrain de recherche emblématique des mouvements sociaux s’opposant aux grands barrages, sera examiné dans une perspective plus vaste, où nous envisagerons les enjeux autour des ressources en eau en Asie du Sud.

Programme :

La Narmada, un fleuve sacré du centre de l’Inde

Approches pluridisciplinaires et cinématographiques

Organisée par le RésEAU Paris 8, le LADYSS et l’ED Sciences Sociales

Le 8 avril 2013 de 14:30 à 18:30

salle B106

Université Paris 8

Métro Saint-Denis Université

14:30 Introduction

14:40 – 15:00

«Représentations et manifestations divines de la Narmada. Textes et terrain d’une géographie sacrée», Intervention de Monica Guidolin, doctorante en anthropologie au CEIAS, EHESS

15:00-15:10 Discussion

15:10 – 16:00

Documentaire : «Narmada», un film de 47 minutes réalisé en 2012 par Manon Ott et Grégory Cohen, cinéastes et doctorants en sociologie visuelle et filmique au Centre Pierre Naville, Université d’Evry Val d’Essonne.

16:00 – 16:30 Débat

16:30 – 16:45 Pause

16:45 – 17:15

« Le grand barrage d’Omkareshwar : conceptions de la modernité, usages des espaces et mouvements sociaux » intervention et documentaire de 18 minutes réalisé en 2005 par Emilie Cremin, Doctorante en géographie du laboratoire LADYSS, Université Paris 8

17:15 – 17:30

« Au-delà de l’emblématique Narmada : les débats en Inde sur l’accès aux ressources», Intervention de Jean-Luc Racine, directeur de recherche émérite au CNRS, Centre d’Etude de l’Inde et de l’Asie du Sud, EHESS

17: 30 – 18:30 Débat et Conclusion

Coordonné par le

ResEAU Paris 8 http://reseauparis8.wordpress.com/ 

et Emilie CREMIN, doctorante en géographie : emilie.cremin@gmail.com

Poste de jeune chercheur ou d’ingénieur de recherche à l’association ASUD à Rome en écologie politique (bourse Marie-Curie)

Il s’agit d’une opportunité de travailler sur un projet européen en écologie politique, basé à Rome pour l’association ASUD
Contact: Lucie Greyl:
luciegreyl@asud.net

Profil: Avoir un doctorat dans une matiere proche de l’ecologie politique et etre dans les 5 premières années de la carrière academique, ou avoir un master avec au moins 4 ans d’experience de recherche a plein temps. Le chercheur peut provenir du monde entier, il ne doit avoir avoir vécu en Italie plus de 12 mois dans les derniers 36 mois. La persone ne pourra pas avoir d’autre contrat de travail et d’autre entrée d’argent et devrait travailler dans notre bureau a Rome.

Rémunération: à discuter avec les membres de l’association ASUD

Démarrage: la personne devrait commencer à travailler au mois de septembre 2012