Soutenance de Luisa Arango le 27/11/2015

Ethnographies de la gestion de l’eau à Tuti (Khartoum, Soudan) et Caño de Loro (Carthagène, Colombie). Histoire, localité et politique dans une perspective d’anthropologie urbaine comparée.

Luisa Arango à soutenu sa thèse le vendredi 27 novembre 2015 à Université Paris 8 Saint-Denis

Le jury fut composé de :

Habib AYEB, MC en Géographie à l’Université Paris 8.
Alain BERTHO, Professeur d’Anthropologie à l’Université Paris 8.
David BLANCHON, Professeur de Géographie à l’Université Paris Ouest-Nanterre.
Barbara CASCIARRI, MC en Anthropologie à l’Université Paris 8 (directrice de thèse).
Eric DENIS, Géographe, Directeur de recherche au CNRS (rapporteur).
Aline HEMOND, Professeure d’Anthropologie à l’Université Jules Verne (rapporteuse).
Mauro VAN AKEN, Professeur d’Anthropologie à l’Université de Milano-Bicocca.

Résumé :

Au tournant du XXe siècle, un modèle technique et administratif centralisé est adopté pour l’approvisionnement en eau de consommation dans nombreuses villes de la planète, dont Carthagène (Colombie) et Khartoum (Soudan). Dès lors, associé aux projets de développement urbain planifié, le réseau hydrique se constitue comme une technologie politique et devient un marqueur de la spatialité et des modes de vie urbains autant pour les administrateurs que pour les techniciens et les populations citadines. L’analyse comparée des stratégies d’accès, des usages quotidiens et de l’imaginaire lié à l’eau de deux populations insulaires dont le caractère urbain s’avère problématique – Caño de Loro (Carthagène) et Tuti (Khartoum) – permet d’aborder la complexité sociale des villes du Sud contemporaines. La comparaison comporte dans ce sens une orientation critique et conduit, outre l’étude des dynamiques sociopolitiques propres à chaque contexte, à interroger les diverses catégories d’analyse utilisées au cours de cet étude. Dans la première partie de la thèse, le réseau hydrique est restitué dans l’histoire de chaque agglomération où sa mise en place, relativement récente, repose à la fois sur le renforcement, voire l’émergence, d’importants rapports de pouvoir et sur une transformation dans la conception de la nature et plus particulièrement de l’eau. Ce caractère relationnel et politique du réseau ouvre la voie, dans une deuxième partie, pour comprendre la façon dont la matérialité de l’eau et ses échanges sont producteurs de « localités » particulières au sein de l’espace urbain. Ainsi, l’analyse des relations entre espaces publics et privées par le biais du partage quotidien de l’eau amène à discuter la pertinence de la notion de « gestion collective » des ressources à Carthagène et à Khartoum. La troisième partie aborde les mécanismes mobilisés par différents acteurs dans le contexte particulier de la planification urbaine pour négocier leur marge d’action sur l’eau et la terre. Elle met en lumière la dimension politique des catégories d’appartenance ainsi que le pouvoir transformateur des actions collectives et individuelles dans des situations où la gestion des ressources est davantage traversée par de logiques, à la fois individuelles, locales, nationales et globales.

Mots clefs : Accès à l’eau, réseau hydrique, Khartoum (Soudan), Carthagène (Colombie), comparaison, urbanisation, modernité, planification urbaine, action collective.

Ethnographies of water management in Tuti (Khartoum, Sudan) and Caño de Loro (Cartagena, Colombia). Comparing history, locality and politics in urban anthropology.

Abstract: At the turn of the twentieth century, numerous cities such as Cartagena (Colombia) and Khartoum (Sudan), adopted a centralized technical and administrative model for the management of drinking water. Associated since its construction to planned urban development projects, the water network constitutes a political technology and becomes a landmark of urban spatiality, for politicians as well as for technicians and urban dwellers. The compared analysis of access strategies, daily usage, and the role of water in the imagination of two populations with an ambiguous urban status – Caño de Loro (Cartagena) and Tuti (Khartoum) – allows us to approach the social complexity of contemporary cities in the South. The comparison supposes a reflexive orientation that leads us, over and beyond the socio-political dynamics of each context, to critically consider our categories of analysis. In the first part the water network is contextualized in the history of each city, where its recent apparition and setting up rests upon the reinforcement or creation of dense power relations, as well as a new conception of nature, particularly of water. Such relational and political features lead to, in the second part, an understanding of how the materiality of water and its sharing produces particular localities within the urban space. Therefore, the analysis of relations between public and private spheres through everyday water exchanges lets us discuss the relevance of the notion of “collective management” of resources in Cartagena and Khartoum. The third part considers the mechanisms draw on by different actors within the particular context of urban planning to negotiate their margin of action on land and water. It highlights the political dimension of identity categories as well as the transformative power of individual and collective actions in situations where resource management is crossed with individual, local, national, and global logics at the same time.

Key words : water access, water network, Khartoum (Sudan), Cartagena (Colombia), comparison, urbanization, modernity, urban planning, collective action

Soutenance de Dario Salinas Palacio le 5/02/2016

Géopolitique de l’eau dans l’Espagne des autonomies : Enjeux et rivalités de pouvoirs pour la région de Murcie

Dario Salinas Palacios a soutenu sa thèse de géopolitique le vendredi 5 février 2016 à l’Université Paris 8.

Le  jury fut composé de :

Barbara Loyer, rofesseur à l’Institut Français de Géopolitique (Université de Paris VIII), Directrice de thèse
María José Cervell Hortal, Professeur à l’Université de Murcie, Co-Directrice de thèse
Frédéric Lasserre, Professeur à l’Université de Laval
Pierre Blanc, Maître de conférences HDR Sciences Agro et Sciences Po Bordeaux, Ingénieur en chef des Ponts, des eaux et des Forêts (IPEF)
Jose María Serrano Mártinez, Professeur à l’Université de Murcie
Leandro del Moral Ituarte, Professeur à l’Université de Séville.

Résumé : La récente approbation en 2014 du plan de gestion du district hydrographique du basin Tage établit par la Directive Cadre sur l’eau en 2009 fut bloqué dans sa majorité par des tensions entre plusieurs communautés autonomes (régions) espagnoles autour la mise en place d’un débit minimum pour atteindre le bon état écologique des eaux en 2015. Ces rivalités de pouvoirs territoriales sont influencées par l’avenir du transfert Tage-Segura, symbole de la politique hydraulique espagnole et du développement agricole et touristique du sud-est espagnol. A leur part, le caractère international du Bassin du Tage entraîne l’accomplissement des engagements établis lors de la signature de la Convention de l’Albufera en 1998 entre l’Espagne et le Portugal. Le modèle territorial décentralisé, les choix économiques, la sècheresse, et l’omniprésence politique des discours identitaires accentuent en Espagne la conviction selon laquelle il y aurait des « propriétaires » de l’eau. Les résultats des négociations dépendent de stratégies locales et de leur articulation au niveau national et européen, autant que de considérations écologiques.

Conférence de Benoit Hazard, le 15 avril 2015

Le mercredi 15 avril 2015 de 15h30 à 17h30

“L’invention d’une eau moderne dans les territoires nomades du Nord Kenya”

par Benoit Hazard, anthropologue, CNRS-IIAC

Séminaire Doctoral « Eau & Sociétés » – année universitaire 2014-2015 – (ED 401) – Université Paris 8 Saint Denis

Sixième séance du séminaire doctoral “Eau & Sociétés”:

L’invention d’une eau moderne dans les territoires nomades du Nord Kenya une approche des frontières bio-culturelles des paysages pastoraux deszones arides

par Benoit Hazard, anthropologue 

(UMR IIAC, 81 77 CNRS EHESS)

Dans les terres arides et semi-arides du nord du Kenya, l’eau a longtemps été décrite comme une ressource rare, voire indisponible. Les récents discours sur la découverte d’une immense source aquifère profondedans la région du Turkana témoignent de la relation synonymique établie entre la rareté de l’eau et l’absence de la ressource pour les populations. Reprenant un discours colonial sur « l’arriération » des sociétés pastorales, cette relation expulse de la réflexion sur l’eau les organisations sociales fortement dépendantes des ressources naturelles. Cette présentation interroge la récente invention d’une «eau moderne» (Linton 2010) dans le nord du Kenya. Elle questionne les idées reçues sur la gestion de l’eau dans une situation de stress et décrit les pratiques de conservation des ressources hydriques par les éleveurs nomades. À partir de la cartographie gabra des points d’eau, on propose de décrire comment l’eau a façonné les frontières des territoires Gabra/Rendille/Dasanech et ce que les Gabra imaginent comme leur territoire dans le «système en déséquilibre» du désert du Chalbi. En m’appuyant sur quelques niches socio écologiques spécifiques situées sur la partie orientale du désert de Chalbi, je suggère que ces «lieux d’eau» fournissent un ancrage pour comprendre comment les sociétés du passé, comme celles du présent, se sont adaptées aux changements socio-écologiques. Bien que de nombreuses communautés pastorales soient en situation de transition vers l’agro-pastoralisme, l’agriculture sédentaire, le travail salarié et le commerce, en partie en réponse à la récente décimation des troupeaux pastoraux par la sécheresse, les mêmes «lieux d’eau» restent importants dans la délimitation des territoires du Nord du Kenya, leurs frontières et leurs paysages.

 Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en Salle D 328

le mercredi 15 avril 2015, de 15h30 à 17h30

AFFICHE séminaire doctoral EAU & SOCIETES_Benoit HAZARD 15.4.15 

Conf. de Stéphane Ghiotti, du 18 mars 2015

Du sel mais pas trop. La gestion de l’étang de Mauguio
à l’heure du bon état écologique des eaux.
Où comment passer de la gestion d’un marais à celle d’une zone humide
par Stéphane Ghiotti, géographe

(CNRS-Laboratoire ART-Dev UMR 5281)

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en Salle D 143
le mercredi 18 mars 2015, de 15h30 à 17h30.

AFFICHE séminaire doctoral EAU & SOCIETES_Stéphane GHIOTTI 18.3.15

Conf. d’Anita de Donato, le 10 décembre 2014

Séminaire Doctoral « Eau & Sociétés » – année universitaire 2014-2015 – (ED 401) – Université Paris 8 Saint Denis
Troisième séance
Médiation politique, conflits et solidarités

le rôle de l’eau dans la construction de l’Etat-nation en Palestine
par Anita de Donato, anthropologue

(Université Milano-Bicocca – LAVUE, Université Paris 8)

Cette intervention analyse le rôle actif de l’eau à usage domestique en tant que médiateur des dynamiques politiques dans le processus de construction culturelle de l’État-nation palestinien et des conflits pour la définition du statut de réfugié.
La recherche ethnographique à la base de ce travail a été axée sur les luttes et manipulations locales quotidiennes à travers lesquelles les habitants du camp de réfugiés de Dheisha, à la périphérie de Bethléem (Cisjordanie), obtiennent l’accès à l’eau domestique, en compétition avec les techno-politiques d’administration de l’eau mises en place par l’Autorité Nationale Palestinienne. L’eau se révèle ainsi une arène politique où se déroule la négociation des différentes formes d’identification et différenciation qui caractérisent la communauté des réfugiés et la société palestinienne de Cisjordanie. Les rationalités et les stratégies différentes qui se développent autour de cette ressource indispensable à la vie quotidienne montrent la pluralité des valeurs symboliques attribuées à l’eau, dans le contexte des tensions qui entrent en jeu au cours de la construction culturelle d’un État-nation pour la population palestinienne.
Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en Salle D 143
le mercredi 10 décembre, de 15h30 à 17h30.

Pour informations ultérieures consulter le site du rESeau Paris 8 (Réseau d’Etudes et d’Echanges en Sciences Sociales sur l’Eau, http://reseauparis8.wordpress.com) ou écrire à : barbara.casciarri@gmail.com et carinechavarochette@gmail.com

AFFICHE séminaire doctoral EAU & SOCIETES_Anita DE DONATO 10.12.14

Programmation Séminaire Doctoral « Eau & Sociétés » – année universitaire 2014-2015

Ecole Doctorale en Sciences Sociales (ED 401)
Université Paris 8 – Vincennes – Saint Denis

Responsables : Barbara Casciarri et Carine Chavarochette

Au-delà de sa centralité comme base de reproduction de la vie matérielle, l’eau possède la capacité de mettre en relation différents domaines du social : le rapport à la nature et l’organisation du territoire, les complexes institutionnels, les relations de pouvoir, les systèmes de valeurs et les identités. Étudier l’eau signifie appréhender, à partir de l’appropriation d’une ressource physique, les réseaux sociaux, économiques, politiques et culturels ainsi que les formes de dépendance, d’exclusion, de solidarité ou de conflit. Dans un contexte global où l’eau se situe davantage au cœur des dynamiques de compétition, des processus d’urbanisation et des enjeux de redéfinition des frontières socio-culturelles, l’intérêt pour les phénomènes liés à sa gestion dépasse désormais la sphère des « sciences naturelles » et sollicite de plus en plus l’attention d’approches en « sciences sociales ».

Programme et dates du séminaire

(1) 15 octobre 2014 : Présentation du séminaire. Eau et sociétés : regards anthropologiques (Carine Chavarochette, CREDA-IHEAL, Paris 8 et Barbara Casciarri, LAVUE, Paris 8)

(2) 26 novembre 2014 : Savoirs locaux, politiques d’Etat et développement : les enjeux de l’eau chez les pasteurs d’Ethiopie (Francesco Staro, anthropologue, LAVUE-Université Paris 8)

(3) 10 décembre 2014 : Médiation politique, conflits et solidarités : le rôle de l’eau dans la construction de l’Etat-nation en Palestine (Anita de Donato, anthropologue, Université Milano-Bicocca – LAVUE, Université Paris 8).

(4) 11 février 2015 : Des personnes et des ressources indisciplinées. Les limites de l’ambition de contrôle dans un grand périmètre irrigué exploité en ferme d’Etat entre 1980 et 2000 en Syrie (Etablissement  Al-Assad – Projet de l’Euphrate, (Roman-Oliver Foy, géographe, Université Paris I –UMR ENeC)

(5) 18 mars 2015 : Du sel mais pas trop. La gestion de l’étang de Mauguio à l’heure du bon état écologique des eaux (Stéphane Ghiotti, géographe, CNRS-Laboratoire ART-Dev Université Montpellier 3)

(6) 8 avril 2015 : L’argent de l’eau. Les politiques hydrauliques au Sénégal (Veronica Gomez-Temesio, anthropologue, Centre Norbert Elias, Marseille) :

(7) 13 mai 2015 : Bilan final du séminaire

Lieu et horaires :

Les séances du séminaire ont lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, Salle D 143, le mercredi de 15h30 à 17h30.

Téléchargez l’affiche ici

Conférence de AGNES DE GEOFFROY, le 29 Avril à 14h

Crises et déplacements forcés : le cas de Khartoum (Soudan)
par AGNES DE GEOFFROY, Chercheur associé au CRAG (Centre de Recherche et d’Analyse en Géopolitique) – Paris 8 Docteur en Géopolitique (Institut Français de Géopolitique)

MARDI 29 avril 2014
en Salle D 143
de 14h à 16h30

En contexte de crise, le déplacement est un mécanisme de survie. Depuis la fin de la guerre froide, et avec la multiplication des foyers de crise, les déplacements forcés sont devenus de plus en plus massifs, mais des
mécanismes de protection et de fermeture des frontières ont abouti à un confinement croissant de ces populations. Les Populations Déplacées de l’Intérieur (IDP) attirent aujourd’hui l’attention de la communauté internationale et des media, en raison notamment des questions politiques et humanitaires que leur situation soulève. La ville est également au cœur de l’étude des déplacements forcés puisque plus de la moitié des déplacés se fixe en ville, pour y chercher refuge et opportunités. L’étude du cas de Khartoum
permet d’analyser la situation de ces populations évincées par les crises, mais permet plus intrinsèquement de comprendre les dynamiques qui sous-tendent ces crises, les enjeux qui en découlent, et plus généralement, nombres de défis émanant des crises contemporaines.

Affiche Conférence Agnès de Geoffroy 29.04.14

Conférence de JULIETTE DUCLOS-VALOIS, le 30 Avril à 14h

Le rESeau.p8 a le plaisir de vous inviter à la conférence
Genèse d’un public : réponses collectives aux problèmes de distribution d’eau
par JULIETTE DUCLOS-VALOIS, anthropologue, EHESS-Paris

MERCREDI 30 avril 2014
en Salle D 143
de 14h à 16h30

Ce travail de recherche décrit une réalité sociale quotidienne : la production et l’approvisionnement en eau par des individus en l’absence d’un service public institutionnalisé. A travers l’étude de deux espaces, un quartier de Yaoundé au Cameroun et le sous-district du Sinjar en Irak, nous nous proposons d’analyser la façon dont des individus se mobilisent pour répondre aux problèmes de distribution d’eau, dans des configurations d’accès à l’eau relevant d’économies différentes, mais présentant un certain nombre de propriétés communes.

En nous appuyant sur les résultats (et les aléas) des enquêtes ethnographiques réalisées, nous cernerons dans un premier temps les mécanismes propres à l’émergence progressive d’un « public » au sens de John Dewey. Comment les populations étudiées problématisent-elles « ce qui leur arrive », et qui fait naître une communauté d’intérêt fut-elle embryonnaire ? Dans un second temps, nous nous concentrerons sur ce public en tant que lieu de recomposition sociale, parfois conflictuel, permettant de rendre visible des rapports de pouvoir. Enfin, nous verrons comment les logiques et processus qui émergent sur ces deux espaces peuvent constituer dans leur mouvement et leur articulation une base de comparaison.

Télécharger l’affiche: 
Conférence rESeau Duclos-Valois 30.4.14

Film-Débat: Gabès Labess, le 26 Mars à 16h en présence du réalisateur

MERCREDI 26 Mars 2014 de 16à 19h
Université Paris 8, salle D 003
 
Projection et débat avec le réalisateur, Habib AYEB, géographe, Université Paris 8 – LAVUE en collaboration avec le Séminaire interdisciplinaire CERASA “Les Afriques dans les crises mondialisées”
 
« Gabès Labess» (Tout va bien à Gabès) questionne les modèles actuels de développement en mettant l’accent sur l’oasis de Gabès, la seule oasis côtières dans le monde. Ce qui était autrefois considéré comme « le paradis du monde » a été transformée en une catastrophe économique, sociale et écologique, par la construction, dans les années 1970, d’un complexe industriel chimique qui a privé les agriculteurs locaux de leur eau, de leurs terres arables, de leur bien-être économique et de leur dignité. Des entretiens avec des habitants de Gabès témoignent des multiples difficultés et problèmes auxquels ils sont exposés : pollution de l’eau, de l’air, des terres et de la mer ; réduction des terres arables et des ressources en eau ; augmentation des maladies graves (l’ostéoporose, les cancers, les allergies), et progressive extinction d’un patrimoine social et écologique exceptionnel. « Gabès Labess » est un cri d’alarme, un appel à agir avant qu’il ne soit trop tard…

GABES LABESS AFFICHE

Conserver l’environnement dans des régions frontalières en Amérique Centrale – 19 Mars 2014

Conférence – débat
Mercredi 19 Mars 2014
Salle D143, 14h-16h30
Université Paris 8

Conserver l’environnement dans des régions frontalières en Amérique Centrale, le rôle des Organisations internationales dans la gestion environnementale de bassins transfrontaliers.

par Tania RODRIGUEZ, Sciences Politiques-Géographie du Développement (Paris VII – CESSMA)

Les régions frontalières en Amérique Centrale sont des périphéries délaissées qui ont été fortement touchées par les conflits armées durant les années 1980. Cependant ces régions concentrent aussi une importante richesse environnementale (24 bassin transfrontaliers et la majorité des aires protégées de l’Isthme). Le besoin de conserver cet environnement transfrontalier a attiré l’attention de nombreux acteurs nationaux, régionaux (Système d’Intégration Centraméricain) et internationaux (Organismes internationaux, alliances publiques privées et la Banque Interaméricaine de Développement). Les nombreux projets de conservation qui se mettent en place depuis les années 1990, ont convertis ces régions autrefois oubliées en des laboratoires de la conservation. Nous essayerons de présenter ce jeux d’acteurs à partir d’une expérience professionnelle de 5 années auprès de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Expérience qui a encouragé une transition professionnelle vers la recherche. Cette recherche nous a permis de prendre de la distance et d’étudier plus en profondeur le rôle des organismes internationaux comme l’UICN dans la gouvernance environnementale de ces régions frontalières.

Programme rESeau 2ème semestre 2013-2014

  • Mercredi 19 mars 2014
    CONFERENCE – DEBAT
    (Salle D 143, 14h-16h30)
    Conserver l’environnement dans des régions frontalières en Amérique Centrale.
    Le rôle des organisations internationales dans la gestion de bassins transfrontaliers.
    par TANIA RODRIGUEZ, Sciences Politiques-Géographie du Développement (Paris VII – CESSMA)
  • Mercredi 26 mars 2014
    FILM – DEBAT
    (Salle D 003, 16h-19h00)
    Gabes labess * (H. Ayeb, Tunisie 2014)
    Projection et débat avec le réalisateur, HABIB AYEB, géographe, Université Paris 8 – LAVUE
    * en collaboration avec le Séminaire Interdisciplinaire CERASA « Les Afriques dans les crises mondialisées »
  • Mercredi 30 avril 2014
    CONFERENCE – DEBAT
    (Salle D 143, 14h-16h30)
    Distribuer l’eau, réponses collectives et recompositions sociales.
    Possibilités et limites d’une comparaison entre un quartier de Yaoundé (Cameroun) et le sous-district du Sinjar (Irak)
    par JULIETTE DUCLOS-VALOIS, anthropologue, EHESS Paris

Programme pdf :
rESeau Paris 8 – Programme 2ème semestre 2013-14

Présentation du numéro du Journal des Anthropologues ANTHROPOLOGIE ET EAU(X)

Le rESeau.p8 a le plaisir de vous inviter à la présentation du numéro spécial du Journal des Anthropologues 132-133 (2013) « Anthropologie et eau(x) ». Elle se tiendra à l’Université Paris 8 le MERCREDI 29 janvier 2014 en Salle D 143 de 10h à 13h. 

Table-Ronde avec : Barbara CASCIARRI, Luisa ARANGO, Francesco STARO (Université Paris 8 – LAVUE) et Carine CHAVAROCHETTE (CREDA-CNRS).

290114 – rESeau Paris 8 JdA EAU

Anthropologie et eau(x), numéro spécial du Journal des Anthropologues

Vient de parâitre: Anthropologie et eau(x), numéro spécial du Journal des Anthropologues (132-133, 2013) coordonnée par Barbara Casciarri et Mauro van Aken

JdA 132 - 133 (2013)

L’eau est l’une des ressources qui a la capacité de lier différents domaines du social : le rapport à la nature et au milieu, l’organisation du territoire, les institutions, les relations de pouvoir, les systèmes de valeurs et les identités. Étudier l’eau signifie appréhender, à partir de l’appropriation d’une ressource, les réseaux sociaux, économiques, politiques, culturels ainsi que les formes de dépendance, d’exclusion, de solidarité ou de conflit. Au-delà de l’apparente « naturalité » de l’eau, bien d’autres dynamiques se cachent derrière la gestion hydraulique.

Ce dossier s’attache à montrer les apports divers de la recherche en anthropologie sur l’eau. L’eau est appréhendée comme un médiateur relationnel, ce qui en fait un objet heuristique de l’enquête ethnologique alimentant une réflexion globale sur les dynamiques sociales dans le monde contemporain.

dA 132-133 Eaux

Réseau d’études et d’échanges en sciences sociales sur l'eau à Paris 8