Soutenance de thèse de Hamidou Ly à l’Université Paris 8

La soutenance de thèse de Hamidou Ly, intitulée :
De New York à Dakar: pour une approche critique et méthodologique de la justice environnementale.
se tiendra le 07 décembre 2016 à 14h00 à la bibliothèque de l’Université de Paris VIII (Accès par l’entrée du personnel 3 ème étage- Salle 312.
                     
Directeur de thèse : 
M. Bouziane SEMMOUD, PR, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis 
Membres du jury :
Mme Cyria EMELIANOFF, PR, Université du Maine (Le Mans), rapporteur.
M. Amadou DIOP, PR, Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, rapporteur.
M. Philippe GERVAIS-LAMBONY, PR, Université Paris-Ouest Nanterre La défense, examinateur
M. Alphonse YAPI-DIAHOU, PR, Université Paris 8  Vincennes – Saint-Denis, examinateur
M. Hugo PILKINGTON, MCF, Université Paris 8  Vincennes – Saint-Denis, examinateur

 

Résumé de la thèse :
Notre travail vise à réfléchir sur les déclinaisons que peuvent avoir les injustices environnementales dans la ville de Dakar à partir d’une approche élaborée dans les villes américaines, berceau des mouvements de revendications. Il s’appuie donc sur nos investigations antérieures, les mémoires de masters notamment, qui ont abordé les inégalités environnementales d’abord sous l’angle du racisme puis de l’injustice. Ces travaux menés dans les quartiers du Hunts Point et de Bedford-Stuyvesant situés dans le sud Bronx et au nord de Brooklyn, ont porté sur l’étude de l’inégale répartition des nuisances industrielles. Ils ont permis de montrer au-delà des similitudes sur le plan socio-économiques et spatial, des différences dans les mécanismes explicatifs des inégalités environnementales injustes. En effet, s’il existe un rapprochement entre les caractéristiques socio-démographiques des populations et une dégradation « injuste » des conditions environnementales dans le Hunts, à Bedford-Stuyvesant, les causes de celle-ci sont à chercher dans les processus de gentrification des quartiers alentours. Néanmoins, dans ces deux contextes les logiques explicatives de la justice environnementale sont liées à des processus de discrimination socio-économiques. Qu’en est-il du cas de la ville de Dakar ? Pour répondre à cette question, l’étude que nous avons menée s’appuie sur l’exemple de deux localités situées dans la baie de Hann. Hann-Bel-Air et Thiaroye-Sur-mer sont choisies en raison des pollutions industrielles dont elles souffrent. Ainsi, l’entrée privilégiée pour aborder les injustices environnementales est celle de l’analyse des nuisances environnementales liées à la pollution industrielle. À partir de ce choix, il s’agit de montrer l’importance de la “contextualisation” dans l’étude des injustices environnementales au regard des dynamiques socio-spatiales, mais aussi des perceptions face aux situations dites d’injustice.
 
Mots clés : Justice environnementale, pollution industrielle, activité industrielle, Baie de Hann, Hann-Bel-Air, Thiaroye-Sur-Mer, Bronx, Brooklyn, perceptions, inégalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.